Second tour des #législatives françaises – Jacques Sapir


 

Macron-gold

Il semble bien que l’abstention ait atteint un record historique pour le 2ème tour des élections législatives. Avec entre 56% et 57%, l’abstention franchit un seuil historique. Ce niveau met en doute la représentativité de l’Assemblée, alors même que se dessine une large majorité pour La République en Marche, et ce sans compter le MODEM. Il fragilise le pouvoir d’Emmanuel Macron, alors que ce dernier, avec son Premier ministre, entend mettre en œuvre des réformes extrêmement brutales. Ce taux d’abstention montre que la crise politique latente en France depuis le milieu du mandat de François Hollande n’est pas terminée. Même si elle ne peut s’exprimer dans un vote, elle va continuer à corroder la société et elle s’exprimera à la moindre des occasions.

La vérité est que Emmanuel Macron et son mouvement étaient prêts, avaient une stratégie de conquête du pouvoir, quand leurs adversaires souverainistes ne l’étaient pas, se sont divisés, et n’ont pas été capables de formuler une véritable stratégie. En particulier, la distinction entre « le » politique et « la » politique n’a pas du tout été maîtrisée. C’est ce qui explique qu’une idée puisse être majoritaire, mais que les forces qui la portent peuvent aussi être défaites en rase campagne.

Mais, cet échec n’est que provisoire, et la victoire d’Emmanuel Macron et de son parti se révèle extrêmement fragile. La crise de légitimité qui découle de l’ampleur de l’abstention pourrait éclater rapidement si ce gouvernement se décidait à passer aux actes avec la brutalité qu’il prévoit.

La crise politique qui ronge la France n’est pas achevée. Nous n’en voyons pas la fin, ni même le début de la fin. Ce qui vient de se clore avec l’élection de l’Assemblée Nationale n’est en réalité que la fin du début.

russeurope.hypotheses.org

Les français sont mécontents, incompris et mal représentés au parlement.

Ces élections et le système du scrutin majoritaire donnent beaucoup trop d’importance au parti de la république en marche. Malgré une majorité écrasante, Macron et son parti ne représentent pas une réelle majorité si on compare le nombre de français ayant voté pour LREM par rapport à l’ensemble des citoyens français; ils ont peu de légitimité démocratique. Dès lors, compte tenu du programme social de Macron, il faut craindre des troubles sociaux en France. Comme le rappelle toujours Charles Sannat: « À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK).

Vraisemblablement, un « troisième tour » viendra; il se fera dans la rue…  Vous reprendrez bien un peu d’or?