Inde: lutte contre la fraude fiscale et explosion du cours de l’or



Le Premier ministre a rendu caduques ces coupures pour lutter contre l’évasion fiscale et le marché noir. De nouvelles coupures de 500 et de 2.000 roupies ont remplacés celles qui ont été démonétisées et forcément, les files d’attente étaient longues aux guichets des banques.
Evidemment, il fallait justifier de la provenance des grosses sommes d’argent.

Il en découle que le cours de l’or en roupies a explosé à la hausse hier et aujourd’hui (derniers jours de la circulation des coupures de 500 et 100 roupies). La seule façon de convertir de l’argent sale était d’acheter en urgence de l’or. A certains endroits, le cours de l’or a dépassé les 2.000 dollars l’once; le cours a atteint 50.000 roupies les dix grammes (un tola), soit 687 euros le gramme d’or. Ce cours de l’or très exceptionnel n’est d’actualité que pour 2 jours; au soir du 11 novembre, il n’aura plus de raison d’être.

Arrivé au pouvoir en 2014, le nationaliste hindou Narendra Modi avait promis de réprimer les flux d’argent illégaux à travers une série de mesures, dont une peine de 10 ans de prison pour l’évasion fiscale. Malgré la confusion provoquée par cette annonce, à quelques mois d’importantes élections régionales, les experts estiment qu’elle aura des effets bénéfiques sur le long terme pour l’Inde. La hausse probable des dépôts bancaires « devrait permettre de formaliser au moins toute une partie de l’énorme économie informelle du pays », a estimé Shilan Shah, analyste de Capital Economics, dans une économie où seulement 3% des Indiens déclarent leurs revenus.

Si la méthode de démonétisation peut surprendre, ce n’est pas une première pour l’Inde. En 1978, les autorités avaient retiré subitement les billets de 1.000, 5.000 et 10.000 roupies, des billets toutefois inaccessibles pour la plupart des Indiens de l’époque.

latribune.fr